Open post

Élargir sa pensée logique et faire preuve de sens politique

Je vous partage cette histoire qui me fait sourire et qui illustre bien quelle influence nous pouvons exercer quand nous sommes pleinement présent à ce qui se passe et pouvons évaluer l’impact de nos choix. Il y a toujours plusieurs solutions à un problème, il s’agit de changer l’angle dans lequel on le perçoit.

Il y avait autrefois, dans un petit village, un fermier sans le sou qui devait rembourser une importante somme d’argent à un vieil homme très laid. Comme le fermier avait une fort jolie fille qui plaisait beaucoup au vieux prêteur, ce dernier proposa un marché.

Il dit qu’il effacerait la dette du fermier s’il pouvait marier sa fille. Le fermier et sa fille furent tous deux horrifiés par cette proposition. Alors le vieux prêteur ratoureux suggéra que le hasard détermine l’issue de la proposition.

Il leur dit qu’il mettrait un caillou blanc et un caillou noir dans un sac d’argent vide, et que la fille aurait à piger, à l’aveuglette, un des deux cailloux dans le sac.

  1. Si elle pige le caillou noir, elle devient son épouse et la dette de son père est effacée
  2. Si elle pige le caillou blanc, elle n’a pas à l’épouser et la dette du père est également annulée
  3. Si elle refuse de piger un caillou, son père est jeté en prison

Cette discussion avait lieu sur le chemin devant la maison du fermier, et le sol était jonché de cailloux. Tout en continuant de parler, le vieux monsieur laid se pencha pour ramasser les deux cailloux.

Comme il ramassait, la jeune fille, qui avait l’œil vif, remarqua qu’il avait ramassé deux cailloux noirs et qu’il les avait mis dans le sac. Mais elle ne dit rien.

Puis le vieux prêteur demanda à la jeune fille de piger dans le sac. Imaginez un instant ce que vous auriez fait si vous aviez été là? Qu’est-ce que vous auriez conseillé à la jeune fille de faire?

Si on analyse bien, il y a 3 possibilités :

  1. La fille devrait refuser de piger un caillou
  2. La fille devrait sortir les deux cailloux noirs du sac, montrant que le vieux avait triché
  3. La fille devrait piger le caillou noir, et se sacrifier en mariant le vieux pour épargner l’emprisonnement à son père

Qu’est-ce que vous auriez fait à sa place?

Voici ce que la jeune fille fit :

 Elle pigea dans le sac et en sortit un caillou qu’elle échappa aussitôt par terre, gauchement, sans qu’on n’ait pu le voir, et il se confondit spontanément avec la multitude des autres cailloux sur le sol.  Ce que je peux être maladroite, s’exclama la jeune fille!

Mais qu’importe, si je sors du sac le caillou qui reste, on verra bien lequel j’avais pigé en premier.

Puisque le caillou restant était noir, le premier caillou pigé ne pouvait qu’être blanc.

Et comme le vieux prêteur n’osa pas avouer sa malhonnêteté, la jeune fille transforma la situation qui semblait impossible en un dénouement fort avantageux.

Je n’ai malheureusement pas pu retrouver son auteur, si vous le connaissez, n’hésitez pas à le partager en commentaire.

 

Open post

Ce besoin d’appartenance qui nous comble

Qu’est-ce qui fait que nous sommes plus heureux au travail et dans notre vie en général.

C’est très varié pour chacun d’entre nous, j’observe cependant chez mes clients qu’il y a une récurrence, appartenir à un groupe avec qui on partage les idéaux semble le dénominateur commun de l’équilibre, avoir notre propre réseau de soutien.

Les gens me disent souvent qu’ils ont besoin de s’entourer de gens qui pensent comme eux, qui les confortent dans leurs façons de penser. C’est rassurant de ne pas remettre en question ses préjugés, l’être humain a besoin d’avoir raison. Le regard de l’autre qui nous identifie comme un pair est le reflet de notre identité sociale et nous aide à conserver notre équilibre psychologique.

Les réseaux sociaux contribuent à nourrir ce besoin fondamental, d’où j’estime sa popularité exponentielle des dernières années. Malgré tout, certains clients expriment leur désarroi en étant témoin de toutes les prouesses de leurs amis, et se renferment dans la solitude pour ne pas communiquer leur détresse publiquement.

En coaching notre question-clé est souvent je suis au service de qui ou de quoi dans cette situation?

Qu’est-ce que vous dévoilez au monde extérieur et qu’est-ce que vous vivez à l’intérieur de vous?

Où portez-vous votre attention actuellement, dans quelle sphère de votre vie et qu’est-ce que vous ignorez, qui est plus absent?

L’équilibre pour moi, c’est d’être bien entourée dans l’authenticité, d’entretenir un réseau de soutien de confiance en acceptant la différence au quotidien et ce, dans toutes les sphères de notre vie.

Crédit photo: Normand Leduc

 

Open post

Quand les émotions nous envahissent…

La méditation apporte un calme intérieur et une connexion à nous-mêmes qui nous ramène au moment présent quand les émotions dominent notre raison.

Je vous invite à écouter cette vidéo quand tout se bouscule en vous et autour de vous. Choisir un endroit calme sur une chaise les pieds au sol en portant attention à votre respiration.

Prendre une pause pour mieux rebondir pour la suite.

Open post

La somatique, cette intelligence méconnue

J’ai fait une lecture fort intéressante qui souligne l’importance de notre somatique dans notre quotidien. Tout passe par le corps, de différentes façons. L’auteure nous invite à se tourner vers nos corps pour faire la lumière intérieure sur nos émotions.
Nous évitons de ressentir dans notre corps parce que c’est douloureux, le déni devient plus facile à gérer, il nous permet de fonctionner en contrôlant nos actions au lieu de les vivre.
J’aimerais rappeler à mes clients que ce contrôle exercé est très exigeant au niveau énergétique, et il est souvent la source de douleur plus que les émotions elles-mêmes.
Les filtres que nous maintenons avec cette attitude, nous distance aussi de notre relation à nous-mêmes et avec les autres, puisque les émotions demeurent présentes malgré le filtre que nous leur imposons.
Il est plus facile de projeter ces émotions sur les facteurs extérieurs que de se responsabiliser.
Par exemple, il est démontré que la colère se situe au niveau de la mâchoire et la tristesse au niveau de la poitrine, ressentir une douleur à ce niveau permet de mettre en lumière l’émotion cachée que le client ne peut nommer par lui-même, pour l’aider à en prendre conscience et ainsi choisir de l’accepter.
J’ai ressenti une émotion particulière lorsque j’ai lu que s’isoler est le moyen de défense qui représente l’évitement de ne pas recevoir ce que les autres ont à nous offrir pour évoluer…nous perdons le bénéfice d’être dans le moment présent.
Le cercle en mouvement est la seule issue pour se départir de nos croyances limitatives à travers nos sensations et nos limites, d’expérimenter le tout à travers ces trois phases.
1-La pleine conscience, avoir le courage d’accepter nos émotions au lieu de les filtrer, ce qui nous permet aussi de rétablir notre capacité de ressentir le plaisir.
2-S’approprier nos émotions sans les projeter sur les autres, éviter le déni, les blâmes et les excuses qui rationnalisent les situations vécues pour se réapproprier notre pouvoir. Quand nous rendons les autres responsables nous leur donnons le pouvoir sur notre vitalité.
3-L’acceptation, ou le manque d’amour à notre égard est représenté par des douleurs physiques à plusieurs niveaux. Mais le plus important demeure la respiration, si elle n’est pas entière et profonde, elle nous coupe la capacité de ressentir pleinement nos émotions dans le plaisir ou la douleur.
Pour bien intégrer toutes les phases, il faut pratiquer le changement régulièrement afin que
notre cerveau, nos muscles et organes enregistrent ces nouveaux schémas.
Tout ce qui n’est pas complété se répétera…

Références de Getting our bodies back par Christine Caldwell

Open post

Apprivoiser ses angles morts

Chaque être vivant est composé d’ombre et de lumière.  À l’origine de tous les conflits interpersonnels et des épuisements professionnels se trouvent des problématiques liées à notre ombre, celle qu’on veut cacher car nous souhaitons montrer le meilleur de nous-mêmes, être parfaits. Et si nous décidions d’assumer notre entièreté, bien plus que de retrancher tout ce qui dépasse afin de se sacrifier aux exigences sans fin du perfectionnisme, comment évolueraient nos relations dans toutes les sphères de nos vies?

Plusieurs clients me partagent leur honte de s’affirmer, de peur de déplaire, de se faire juger ou d’être pris en défaut ou de ne pas être accepté par leurs pairs. Le perfectionnisme est autodestructeur tout simplement, nous sommes tous parfaitement imparfaits, différemment!

On trouve en particulier dans notre ombre, certaines qualités positives qui n’étaient pas bienvenues dans notre milieu et que nous avons réprimées pour mieux nous faire accepter dans notre société basée sur la performance, tous nos efforts ne seront jamais probablement jamais assez…

Accepter un certain état de fait ne revient ni à l’excuser, ni à l’approuver. Le fait de renoncer à nos bagarres mentales, de lâcher les SI et les MAIS dégage au contraire, le chemin pour une action simple, fluide et bienveillante.

Souvenons-nous que l’ombre personnelle, c’est tout ce qu’on déteste chez nous…et chez les autres.

Références tirés du livre :Découvrir et accueillir sa part d’ombre par Mireille Rosselet Capt, édition Jouvence